Il étouffe sa maîtresse avec un concombre pendant ses ébats sexuels

Un couple illégitime en Allemagne avait l’habitude d’avoir recours à des sex-toys, des courgettes ou des carottes lors de leurs ébats amoureux. Un Allemand peut-être végétarien est accusé d’avoir tué sa maîtresse, étouffée par un concombre qui était censé pimenter leur partie de jambes en l’air.

Le-concombre-tueur

Cette partie de jambes en l’air risque de coucher cher à cet Allemand qui risque cinq ans de prison pour avoir oublié un concombre dans la gorge de sa maîtresse lors de leurs ébats amoureux. L’homme, originaire de Mannheim, dans le sud-ouest de l’Allemagne, avait profité de l’absence de son épouse et de sa fille pour faire venir sa maîtresse à son domicile, rapporte le quotidien Bild. Avant de se livrer à des ébats dans le bureau de monsieur, les deux tourtereaux avaient vidé quatre bouteilles de vin et avaient commencé à attaquer la bière.

Lors de son procès, le quadragénaire a expliqué qu’ils avaient régulièrement recours à différents sex-toys, dont des godemichés et qu’il leur arrivait aussi de faire preuve d’inventivité avec des carottes ou des courgettes vu que monsieur aimait les légumes. Mais ce jour-là, faute d’objet adéquat, les amants avaient opté pour un concombre, qui traînait dans le réfrigérateur. Lors des préliminaires, ils avaient alors commencé à jouer avec le légume et l’homme l’avait ensuite enfoncé profondément dans la gorge de sa maîtresse.

Mais l’action a été interrompue par de la fumée s’échappant de la cuisine, car il avait oublié une poêle sur feu pour de la nourriture qu’il faisait cuire pour son chien.Mais l’action a été interrompue par de la fumée s’échappant de la cuisine, car il avait oublié une poêle sur feu pour de la nourriture qu’il faisait cuire pour son chien.

De retour dans le bureau, il a alors découvert sa maîtresse inconsciente au sol. Malgré ses efforts pour retirer le cucurbitacée coincé dans la trachée de sa partenaire, les secours n’ont pas réussi à réanimer la victime. Accusé d’homicide involontaire et de négligence, le quadragénaire est désormais dans l’attente de son jugement.

Facebook Twitter