Il mange 25 Big Mac en une seule fois et bat le record du monde

Facebook Twitter

Alors que l’américain Don Gorske avait franchi le cap des 25 000 Big Mac mangé chez McDonald’s en 40 ans, Matt Stonie vient de battre le record d’ingurgiter 25 Big Mac (13 250 calories) en 22 seulement minutes. Un record particulièrement dangereux car notre organisme n’est pas fait pour gérer autant de nourritures en un minimum de temps. Pour dire, ce repas gargantuesque équivaut à 7 jours de calories pour une personne lambda.

Mais savez-vous ce qu’il se passe après avoir mangé un Big Mac ?

Effet-Mcdo-corps

Le site américain fastfoodprice a tenté de comprendre ce qui se joue dans notre organisme une heure après avoir dégusté un Big Mac. Comme le Whopper et autres Giant, ces hamburgers cumulent les mêmes défauts, mais rassurez-vous, vous ne risquez rien si vous en mangez 2 ou 3 fois par an qui n’altérera en rien votre santé sur le long terme !

10 minutes après : le cerveau est stimulé par l’apport calorique

Un Big Mac c’est beaucoup de graisses et beaucoup de sucre (540 calories). Or ces aliments envoient à notre cerveau des signaux qui lui font développer de la dopamine, vous savez cette hormone du bonheur. Voilà pourquoi la plupart des aliments sont sucrés pour nous rendre tous des addicts potentiels au sucre.

20 minutes après : la crise de manque

Comme un drogué sans sa dose, une sensation de manque se fait alors sentir. Après un Big Mac on veut toujours plus de sucre. Vous avez sûrement remarqué qu’après avoir mangé au fast-food il semble difficile de satisfaire son appétit. C’est d’abord parce qu’un Big Mac composé de sucres rapides et de lipides n’est pas rassasiant sur le plan nutritionnel (calorie vide). Plus on en mange, plus on en a envie.

30 minutes après : le sel fait s’emballer la machine

Un Big Mac contient à peu près 0,97 grammes de sel quand l’apport journalier recommandé par l’OMS doit être inférieur à 5 grammes par jour, sachant que nous n’avons pas compté les frites ! Première conséquence vous êtes déshydraté et sel contenu dans le Big Mac commence à rendre difficile le travail des différents organes : les reins ont du mal à évacuer le sel et, devant l’excès, les tissus commencent à produire du liquide pour faciliter sa disparition, ce qui complique la tâche du cœur qui se met à battre plus rapidement, ce qui le fatigue.

40 minutes après : on en veut toujours plus

Après un tel repas bien gras et sucrée, notre glycémie déraille, car les sucres rapides contenus dans le hamburger ont tendance à provoquer des pics d’insuline. Cette hormone libérée par le pancréas a pour but de réguler le taux de glycémie. Quand l’insuline redescend brutalement, c’est le coup de pompe et la fringale assurés.

60 minutes après : la digestion s’éternise

Les lipides (les graisses) sont plus longs à être digérés car ils sont plus difficilement assimilés par les enzymes qui se chargent de la digestion. Normalement notre corps met de 24 à 72 heures à digérer dès le début du repas mais pour les aliments particulièrement gras c’est un peu plus long et donc fatiguant pour nos organes. Les graisses saturées sont digérées au bout de 51 jours.


Vous aimerez aussi...