Le plus grand supermarché de drogue en France rapporte 70 000 euros par jour

Une équipe de « Complément d’enquête » a enquêté sur le commerce du shit en Seine-Saint-Denis.. Au pied des trous de la Capsulerie, une cité de Bagnolet du 93 un immense « four » (pointe de vente) propose du cannabis et de l’herbe tous les jours de 12h a 22h ou certains jours, les dealers peuvent amasser jusqu’à 70 000 euros net d’impôt. Tous les jours de la semaine, plusieurs centaines de personnes viennent s’approvisionner en shit (cannabis) dans un petit square pour enfants transformé pour l’occasion en supermarché.

Chez les dealers de Saint-Ouen se pressent près de 1 000 clients par jour. A Aulnay-sous-Bois, Saint-Denis ou Bagnolet, certains « fours » rapportent quotidiennement jusqu’à 70 000 euros. Tarik est une petite main, un « charbonneur » : dans son hall d’immeuble, c’est lui qui vend aux clients leurs barrettes de hachisch. Payé à la journée, il n’a bien sûr ni congés payés ni cotisations retraite. Mais son salaire atteint 2 000 euros par mois. Deux mille euros en cash, impossibles à déposer à la banque. Alors, Tarik dépense, et il paie tout en liquide. Des petites coupures dilapidées dans les centres commerciaux du secteur. Loyer, voiture, courses au supermarché, vêtements : « Sans l’argent du trafic, certaines familles ne pourraient pas vivre », raconte le vice-procureur du tribunal de Bobigny.

Facebook Twitter