L’échange glaçant entre une femme mourante et le SAMU


Facebook Twitter

Le 29 décembre 2017, Naomi, appelle les pompiers qui la transfère au SAMU de Strasbourg pour se plaindre de douleurs au ventre. Alors qu’elle semble vraiment mal en point, les opératrices ne la prennent pas au sérieux et lui conseillent d’appeler SOS Médecins avant de raccrocher « Oui, vous allez mourir un jour, comme tout le monde ». Pris en charge par un médecin qui contacte à nouveau le Samu, elle est transporté à l’hôpital et y décèdera quelques heures plus tard d’une « défaillance multiviscérale sur choc hémorragique ».

Le décès en décembre de Naomi Musenga, moquée au téléphone par une opératrice du Samu à Strasbourg soulève un tollé. Les hôpitaux de Strasbourg ont ouvert une enquête après la mort de Naomi, le 29 décembre 2017. La victime avait téléphoné au Samu, qui l’avait orienté vers SOS médecins. Elle est morte quelques heures après.

Hastag : #samu #drame #france #cafaitflipper