Messieurs, voici comment caresser le clitoris, ou comment mieux masturber une femme ?

Beaucoup de femmes reprochent aux hommes de ne pas savoir jouer correctement de leur clitoris ! Cette critique est aussi valable pour les femmes qui beaucoup ne savent pas jouer correctement avec le pénis de monsieur. Ce n’est pas Jean-Marie Bigard qui nous contredira.

Tout d’abord, voici quelques conseils pour débuter ce guide !

Le médius et l’index sont mes doigts préférés pour les caresses clitoridiennes. Messieurs humectez vos doigts avec votre salive en guise de lubrifiant ou utilisez de des lubrifiants à base d’eau, à base de silicone (plus glissants) ou des lubrifiants comestibles pour être encore plus coquin et prolonger en caresse buccale.

Vous vous promènerez d’abord autour de la vulve, puis progressez dans le sillon entre les grandes et petites lèvres, puis autour de l’entrée du vagin. Les caresses seront douces, pas trop appuyées pour ne pas irriter !

Restez toujours attentifs aux manifestations de plaisir ou de déplaisir de votre partenaire.

Après quelques minutes passées autour du fameux clitoris, et quand votre partenaire aura une excitation suffisante, vous pourrez effleurer ce joyau féminin.

Les zones les plus sensibles du clitoris sont généralement le gland et le frein du clitoris, qui se trouve sous le gland. Mais ce peut être aussi le capuchon qui recouvre le gland. Le gland du clitoris étant très sensible, il vaut mieux le caresser à travers son capuchon, ou entre les petites lèvres, car le contact trop direct peut être parfois désagréable. Les caresses doivent se faire sur une surface assez large, et non ponctuelle, pour éviter d’appuyer trop fort ou de frotter. Toujours commencer par des caresses très douces, à rythme lent, avant d’accentuer la pression ou d’augmenter le rythme de vos caresses.

La Meilleure technique pour caresser le clitoris ou masturber une femme

Le mouvement le plus apprécié des femmes est, en général, un mouvement circulaire autour du clitoris, ou un mouvement de va-et-vient de haut en bas, dans l’axe de la vulve.
Le rythme des caresses doit être constant, sans à-coup et sans arrêt, donc ne pas changer de main ou de doigt durant les caresses. Si vous cassez le rythme, cela fera redescendre votre partenaire.

Un peu avant l’orgasme, le clitoris se rétracte sous le capuchon, et n’est souvent plus perceptible sous le doigt, mais il faut quand même continuer vos caresses au même endroit, au même rythme, et ne pas partir à la recherche du gland, pour ne pas rompre le tempo qui va mener votre partenaire à l’orgasme.

Messieurs, vous êtes l’archer qui tend le corps de votre compagne, soyez habille devenez virtuose.

Prenez le tempo et gardez-le. Lors de l’orgasme, il faut également continuer de caresser le clitoris de votre partenaire, même si elle resserre les cuisses. Vous n’arrêterez qu’à sa demande.

Pour caresser le clitoris avec la langue :

le principe est le même, mais la caresse peut se faire plus directement sur le gland, car le contact est plus doux qu’avec les doigts. Il faut embrasser la vulve comme vous embrasseriez la bouche de votre partenaire, promener vos lèvres sur les lèvres de votre partenaire, passer votre langue sur toute la vulve, et sucer entre vos lèvres les lèvres de votre partenaire. La pointe de la langue peut se faufiler, elle aussi, dans le sillon entre les petites et grandes lèvres, ainsi qu’à l’entrée du vagin. Vous pourrez aussi faire quelques échappées en dehors de la vulve, en bas vers l’anus ou plus haut vers le mont de Vénus.

N’oubliez pas aussi de vous servir de votre, ou de vos mains libres, pour des caresses complémentaires, sur d’autres parties du corps, ce qui amplifiera encore le plaisir de votre partenaire.

Et vous mesdames, sachez que chacune d’entre vous est différente, alors n’hésitez à prendre la main de votre partenaire pour lui faire prendre la bonne direction ou de l’aider, et exprimez-vous. (plus vite, plus lentement, plus haut, plus bas, etc.)

Pour terminer, rappelons que l’orgasme, dont le point de départ est le clitoris, est tout aussi fort, intense et agréable, que l’orgasme à point de départ vaginal. Ce n’est pas un « sous orgasme » contrairement aux dires des psychanalystes du début du siècle. Ils sont tous les deux légèrement différents, ou même parfois confondus, mais l’un n’est pas « mieux » que l’autre, chaque femme ayant ses préférences.

Conclusion mesdames et messieurs, n’hésitez pas titiller ce bouton de plaisir. Sinon, partager cet article à vos amis qui pourraient en avoir besoin.

Facebook Twitter