Tikling : j’ai découvert le fétichisme des chatouilles (+18)

Quand on parle de chatouilles nous vient instantanément en tête l’image d’une personne qui rigole. « Ahlala ça chatouille » : on l’a tous dit au moins une fois. Même que cela peut devenir pour la plupart un supplice. Mais pour d’autres, cela peut leur provoquer un plaisir. Le Tikling qui est le nom de la pratique ou appelé plus scientifiquement le knismolagnie désigne le fait d’éprouver une forme de plaisir sexuel par le chatouillement. Cette pratique est parfois nommée « fétichisme des chatouilles » par ceux qui la pratiquent, bien qu’elle ne réponde pas à la définition du fétichisme sexuel.

Elle ne peut être qualifiée de paraphilie au sens strict que lorsqu’elle est absolument nécessaire à l’excitation sexuelle. Les chatouilles peuvent être considérés comme un jeu érotique et faire partie des préliminaires. Elles peuvent également être une pratique intégrante du BDSM.

Les traces les plus anciennes de plaisir sexuel éprouvé par des chatouilles remontent à la reine égyptienne Hatchepsout qui se faisait chatouiller les pieds par des eunuques. La relation entre la peau et le masochisme a été mise en avant par Sigmund Freud dans Trois essais sur la théorie sexuelle où il assimile la peau à une zone érogène. Et c’est ainsi que que des sites comme Tickle Abuse surfe sur la vague pornographique fétichiste qui met en avant des hommes et des femmes se faire chatouiller par un ou plusieurs partenaires.

Une personne ne peut se chatouiller elle-même mais si une deuxième personne la chatouille, ceci peut déclencher des sensations érotiques. Côté dominant, la plupart des fétichiste des chatouilles adorent chatouiller les plantes de pieds, les côtes et les aisselles d’une femme (où homme) qu’ils auront auparavant attachée. Côté dominé, ils adorent être à la merci, souvent attaché et se faire chatouiller jusqu’à pour certains hommes obtenir une éjaculation.

Facebook Twitter