Un point sur la réalité virtuelle porno avec Jacquie et Michel

La VR peine à démarrer réellement sur le marché français. Les casques sont chers, le contenu pas encore abondant, ce qui se fait ressentir sur le taux d’adoption du marché hexagonal. Pourtant Jacquie et Michel, les leaders du X français s’y sont mis à fond ! Thierry Bonnard, directeur communication de la marque, a répondu à nos questions.

Bonjour Thierry, pour ceux qui ne connaîtraient pas, pouvez-vous nous rappeler ce qu’est « Jacquie et Michel » ?

Bonjour ! Alors… J&M, c’est une marque pornographique française lancée en 1999 un peu par hasard par un instituteur toulousain. Tout a commencé par JacquieetMichel.net, un site de contributions photos qui existe toujours et dont le succès grandit chaque année. Une sorte de réseau social avant l’heure ! Chacun peut y poster ses albums photos coquins. Et depuis quelques années ses vidéos perso aussi. Du 100% amateur.

En 2007 est venu JacquieetMichelTV.net où nous avons donné la possibilité à des couples libertins de réaliser leurs fantasmes face caméra. C’est du pro-am ! Des acteurs amateurs filmés par des cameramen pro. Maintenant ce sont des dizaines de sites dans tous les domaines possibles (webcams, tchat libertin, photos, vidéos, rencontres, etc…), des boutiques physiques, de la VOD chez les opérateurs, des soirées en boites de nuit, des produits dérivés en grandes surfaces etc…

C’est devenu un empire ! Vous communiquez peu sur les chiffres… Vous avez combien de visiteurs, quel est le chiffre d’affaire, le nombre d’employés etc… ?

Ah si, nous n’avons rien à cacher. On estime à environ 14 millions de visiteurs différents par mois sur l’ensemble de notre réseau de sites. En 2016, on a fait un peu plus de 15 millions d’euros de CA avec nos différentes sociétés pour un bénéfice à hauteur de 30%. On joue l’efficacité.

Nous avons une quinzaine de CDI notamment pour la partie technique (développeurs, graphistes, webmasters, CM etc..) mais nous sommes en réalité plus d’une cinquantaine avec les réalisateurs, les gérants de boutiques et les organisateurs de soirées.

Quel succès ! Et donc vous vous êtes lancés en 2015 dans la réalité virtuelle ! Pourquoi ? Vous y voyez un marché prolifique, un avenir ?

Comme tout groupe qui grossit, nous avons besoin d’explorer de nouvelles pistes. Nous avons lancé Jacquie et Michel Immersion en 2015 avec une vidéo test. Depuis, la technique s’est améliorée et le rythme s’est installé. Nous n’y voyons pas un gros marché à court terme mais il y aura un avenir pour cette technologie contrairement à la 3D. Il va falloir que les casques soient moins chers et moins contraignants et surtout que les connexions avec d’autres objets (tels les sextoys) soient simples.

Pour l’instant c’est donc une technologie chère et pas rentable ?

Il y a des moyens d’améliorer la rentabilité mais clairement ce n’est pas sur ça que nos entreprises vont faire fortune et ce n’est pas le but. Nous essayons vraiment de faire plaisir à nos visiteurs en leur faisant vivre de nouvelles expériences.

Vous continuez donc à investir dedans ?

Nous proposons plusieurs expériences par mois oui ! Les chiffres s’améliorent et notre département R&D a bon espoir de proposer des évolutions intéressantes !

On peut en savoir un peu plus sur ces évolutions ?

Disons que nous allons rendre le tout un peu plus vivant.

Facebook Twitter