Une étudiante essaye une nouvelle méthode pour enlever son tatouage sur la poitrine et finit brûlée

Se faire un tatouage est un acte lourd de conséquences et nombreux et nombreuses le regrettent. Car en effet, lorsqu’on veut l’enlever, la méthode au laser est longue, douloureuse et chère. C’est pourquoi Pasuda Reaw a voulu essayer une méthode alternative pour enlever les roses sur sa poitrine. Mais cette technique s’est avérée douloureuse et a laissé de nombreuses marques.

Pasuda Reaw, une étudiante thaïlandaise de 21 ans a décidé d’enlever son tatouage en février afin d’apparaître plus professionnel au travail. Plutôt que de se plier à la méthode traditionnelle du laser, elle a voulu essayer le Rejuvi. C’est un produit chimique que l’on dispose sur la peau afin d’enlever les pigments du tatouage.

Ce traitement est supposé faire une croûte au-dessus du tatouage. Lorsqu’elle est enlevée, l’encre a disparu. Mais alors que ce traitement semble simple, il a laissé Pasuda dans une douleur intense.

« J’ai commencé le traitement et j’ai immédiatement vu que ça me démangeait et que c’était très douloureux. C’était une torture, je n’arrivais plus à dormir » raconte-t-elle.

Aujourd’hui, le résultat est bien plus visible que le tatouage qu’elle avait auparavant : la cicatrice est immense et devrait mettre des années pour s’effacera voir s’estomper. Si Pasuda Reaw, a voulu partager ces clichés, c’est parce qu’elle ne veut pas que d’autres personnes tombent dans le même piège qu’elle. En effet, le tatouage est complètement parti, mais il est remplacé par une horrible cicatrice.

Facebook Twitter