Une policière tabassée au sol le soir réveillon du Nouvel An (choc)

A Champigny, le réveillon du Nouvel An dégénère avec l’agression de deux policiers dont une policière rouée de coups. Une soirée de réveillon a tourné à l’émeute à Champigny-sur-Marne. « Pathétique » : c’est ainsi qu’un internaute a décrit une scène qui s’est déroulée lors de la soirée du réveillon de Nouvel An le 31 décembre à Champigny-sur-Marne. Sur des images diffusées sur les réseaux sociaux, on peut voir une dizaine de jeunes passer à tabac une policière étendue au sol, et se livrer à des dégradations.

Sur une vidéo des incidents qui se sont déroulés diffusée sur les réseaux sociaux, on peut notamment voir une dizaine de jeunes retourner une voiture, monter dessus puis la saccager. Le pire arrive avec un groupe qui se jette sur la policière pour la rouer de coup alors qu’elle est au sol. Attention, des images pour un public Averti !

Ce mardi 2 janvier, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb a de nouveau réagi à l’agression de deux policiers à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), la nuit du 31 décembre. « Ces actes sauvages ne peuvent avoir de place dans notre société », écrit-il sur Twitter.

Le président Emmanuel Macron a condamné « les coupables du lynchage lâche et criminel des policiers faisant leur devoir une nuit de 31 décembre ». Il promet que les agresseurs de policiers seront « retrouvés et punis ».

Ce que l’on sait ce mardi 2 janvier 2018 :

La Saint-Sylvestre a été marquée dimanche par la violente agression de deux policiers, roués de coups lors d’une intervention à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) . A Champigny-sur-Marne, la police avait été appelée pour intervenir devant un hangar où était organisée une soirée privée. « 300 à 400 personnes » voulaient pénétrer dans l’enceinte « qui n’était pas dimensionnée pour (les) accueillir », a expliqué lundi le directeur territorial de la sécurité publique du val-de-Marne, Jean-Yves Oses.

Mais sous la pression de la foule, « la porte de la salle est tombée et les personnes sont entrées à l’intérieur en nombre important », avant d’être évacuées par la police. « Un groupe d’individus particulièrement virulent s’en est pris aux policiers qui ont dû faire usage de moyens lacrymogènes », a-t-il dit. Après un mouvement de foule, deux policiers de Chennevières-sur-Marne participant à l’intervention, « un capitaine et une gardienne de la paix, se sont retrouvés isolés », a indiqué à l’AFP une source proche du dossier. Ils ont été pris à partie et « roués de coups » par un groupe de personnes.