Au cimetière du Père Lachaise, la tombe de Victor Noir est l’objet d’un rite sexuel

Le cimetière parisien du Père Lachaise est sûrement le plus visité du monde. Entre les tombes d’Oscar Wilde, de Chopin ou de Jim Morrison et tout le beau monde Parisien, il y a une tradition qui perdure encore. Celle-ci qui concerne la tombe de Victor Noir.

Victor Noi

Victor Noir était un journaliste français a été assassiné à l’âge de 21 ans. De son véritable nom Yvan Salmon, il était devenu le rédacteur en chef du magazine hebdomadaire Le Pilori en mai 1868.

Victor Noi

Le jeune homme a été tué d’un coup de feu mortel tiré par le prince Pierre-Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon 1er et cousin de Napoléon III. Pourquoi ? A cause d’un article peu flatteur sur le prince.

Comme c’était la tradition pour certains enterrements, un moulage en bronze de Victor Noir a été réalisé pour orner sa tombe : La sculpture, appelée « gisant », représente ainsi le jeune homme dans l’état dans lequel on l’a retrouvé lorsqu’il est mort. Le sculpteur Jules Dalou l’a doté d’une protubérance au niveau de la braguette tout à fait avantageux. Le tout Paris a eu tôt fait d’attribuer à la sépulture des propriétés magiques, garantissant fertilité, amour et jouissance à ces dames.

Victor Noi

Pour en profiter, les femmes devaient se frotter énergiquement sur son entrejambe, ce qui explique pourquoi elle brille, comme lustrée, contrairement au reste du caveau.

Victor Noi

Victor Noi

Si une grille avait un moment été dressée, la mobilisation pour préserver la tradition a payé, car aujourd’hui encore on peut toujours chevaucher l’ami Victor aujourd’hui comme le font des milliers de touristes et parisiennes qui préservent ainsi la tradition en venant se frotter sur l’entrejambe.

Victor Noi

Victor Noi

Hashtag : #victornoir #sexe #photos #lachaise

Facebook Twitter