Jouir n’est pas consentir ! Mais on peut jouir lors d’un viol d’après Brigitte Lahaie

Ce mercredi, lors d’un débat consacré aux violences faites aux femmes, les arguments de l’ancienne animatrice de RMC, Brigitte Lahaie, ont laissé la militante féministe Caroline De Haas stupéfaite. « On peut jouir lors d’un viol » sur le plateau de BFMTV, Caroline De Haas, qui a elle-même été victime de viol, s’est retrouvée face à Brigitte Lahaie. Les deux femmes s’interrogeaient sur la façon de redonner aux femmes la puissance de leur corps.

« Il y a un truc très simple, c’est d’arrêter les violences, affirme alors Caroline De Haas. Parce que les violences, elles empêchent la jouissance. Quand vous avez été victime de viol, vous jouissez moins bien en fait, en général. » Brigitte Lahaie, qui a longuement animé sur RMC Lahaie, l’amour et vous, répond alors: « On peut jouir lors d’un viol, je vous signale. »

A savoir : Si une victime de viol peut effectivement éprouver un orgasme lors d’un viol [plusieurs études scientifiques le prouvent], jouir n’est pourtant à aucun moment synonyme de consentement. « Nos corps répondent au sexe, explique ainsi une journaliste américaine sur le site Popular Science. Nos corps répondent à la peur. Nos corps réagissent. Ils le font souvent sans notre permission ou notre volonté. L’orgasme pendant un viol n’est pas un exemple de l’expression d’un plaisir. »