Pour aider la police, une ville va tolérer les relations sexuelles dans les lieux publics

Afin de soulager les forces de l’ordre, la ville de Guadalajara, dans l’ouest du Mexique, va tolérer les relations sexuelles dans les lieux publics. Le conseil municipal a estimé que la police locale était trop occupée à répondre à des tâches d’importance mineure, et qu’elle ne disposait plus de suffisamment de temps pour les « crimes sérieux ».

L’exhibition sexuelle tolérée !

Alors il a voté une série de réformes, parmi lesquelles la réécriture d’un article de loi régissant les « actes allant à l’encontre de la dignité et de la coexistence sociale ». Une décision qui assouplit très largement la législation en vigueur au sujet des actes sexuels et autres actes d’exhibitionnisme ayant lieu en public.

À partir de maintenant, vous comme moi pourrons avoir sans crainte de la verbalisation des rapports sexuels et des actes d’exhibitionnisme de nature sexuelle ayant lieu sur la voie publique ou dans des lieux publics, les espaces inoccupés, les centres de loisirs, l’habitacle des voitures ou des espaces visibles de l’extérieur demeureront des délits uniquement à la demande de citoyens. » En clair, sans délation, ces différents actes seront tolérés par la police.

Lutter aussi contre l’extorsion !

Cette mesure existe déjà en France ? La baie des cochons au Cap d’Agde qui la journée se transforme en vrai baisodrome à ciel ouvert. Au-delà de la volonté de permettre aux policiers de se concentrer sur « des crimes et délits sérieux », le politicien qui a déposé cette proposition de réforme compte lutter contre une autre dérive.

Selon lui, la version précédente du texte de loi était trop fréquemment utilisée par les forces de l’ordre pour mettre des amendes abusives et extorquer de l’argent à des couples « affichant trop clairement leur amour en public »

Facebook Twitter